Accueil / Facebook

Facebook

أُمّة سيّدنا محمّد أُمَّة عِلمٍ

إنّ أُمَّة سيّدنا محمّد صلّى الله عليه وآله وسلّم هي أُمّة العِلم، وهي أُمّة “اقرأ”، فإنّ من أوائل ما نَزَل قوله الله تبارك وتعالى: {اقرأ باسم ربِّك الّذي خَلَق}. لذا فإن الصادق المصدوق صلوات ربّي وسلامُه عليه جعل العِلم من الفرائض الدينية كما فرض الله تبارك وتعالى الصّلاة والزّكاة والصّيام والحج. (...)

Lire la suite...

بفعل دوامة العنف بالبلد

أفادت وزارة الشؤون الخارجية يوم الخميس انه تم إجلاء رعايا جزائريين يعملون في مجال النفط ببور-جنتيل (المدينة الثانية للغابون) مع عائلاتهم موضحة أنها تتابع عن كثب وضعية الجالية الجزائرية في هذا البلد. و أوضحت وزارة الشؤون الخارجية في بيان لها انه على ضوء الأحداث التي وقعت في الغابون غداة الإعلان عن (...)

Lire la suite...

Vidéo. Acheter un logement sur plan en Algérie/Les pièges à éviter

Vidéo. Acheter un logement sur plan  en Algérie/Les pièges à éviter

Avec un marché de l’immobilier tendu et compliqué, de nombreux algériens tentent d’achter des logements neufs sur plan. Une méthode qui ne serait pas sans risque. Face à de nombreux promoteurs indélicats, les acheteurs sont trompés et arnaqués. Les algériens en quête d’un logement ne prennent pas toutes leurs dispositions pour vérifier la conformité des […]

Cet article Vidéo. Acheter un logement sur plan en Algérie/Les pièges à éviter est apparu en premier sur Algérie Focus.

Lire la suite...

Système de retraite menacé par la crise/L’Algérie dépensera près de 9 milliards de dollars en 2016

Système de retraite menacé par la crise/L’Algérie dépensera près de 9 milliards de dollars en 2016

Le financement du système de retraite en Algérie cause un véritable problème. Le nombre des cotisants est largement en baisse dans notre pays. “Dans les années 80, on avait sept (7) travailleurs pour un (1) retraité. Aujourd’hui, ils sont moins de trois (3) à cotiser pour chaque pensionné”, a reconnu Abdelmalek Sellal en marge de […]

Cet article Système de retraite menacé par la crise/L’Algérie dépensera près de 9 milliards de dollars en 2016 est apparu en premier sur Algérie Focus.

Lire la suite...

Syrie : Daesh bannit les arbitres de football

Nouvelle preuve de l’autoritarisme de Daesh. Le groupe terroriste américain (Daesh) vient d’interdire les arbitres de football sur le territoire syrien parce qu’ils respectent les règles de la Fifa «en violation des commandements» de la charia.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), cité par l’International Business Times, Daesh a jugé les règles internationales du football illégitimes, les considérant comme une violation religieuse.

 

Compensation financière pour les blessés

Le groupe terroriste américain de Daesh a également mis en place une nouvelle règlementation permettant aux footballeurs blessés pendant les matchs de recevoir une compensation financière. La police religieuse de Daesh sera chargée d’évaluer et de mettre en œuvre ces dédommagements. 

Ce n’est pas la première fois que le football est ciblé par Daesh. En juillet dernier, le groupe terroriste avait décapité quatre footballeurs de l’équipe Al-Shabab SC, les accusant d’espionnage.

En 2015, il avait adopté une «loi» interdisant de regarder le Clasico entre le FC Barcelone et le Real Madrid, sous peine de châtiment.

Lire la suite...

Donald Trump trouve les Mexicains “géniaux”… mais veut quand même les expulser

Les Mexicains ? Un peuple "travailleur" et "incroyable", a loué Donald Trump lors d'une visite au Mexique ce mercredi 31 août, avant de promettre dans la soirée l'expulsion des 11 millions d'entre eux entrés illégalement aux Etats-Unis.

Il ne changera rien, bien qu’il ait une nouvelle fois laissé entendre l’inverse, lors d’une visite officielle à Mexico ce mercredi 31 août. Après s’être entretenu avec le président mexicain Enrique Pena Nieto, avec lequel il a évoqué l’épineuse question de l’immigration et notamment la construction d'un mur séparant le Mexique et les Etats-Unis, le candidat Républicain à la présidentielle du 8 novembre prochain, Donald Trump, a tenu à saluer dans le peuple mexicain "un peuple génial" mais aussi "sans reproche", et même "incroyable et travailleur".

Une déclaration d'amitié réitérée après une première tentative de réconcialiation, en mai dernier, lorsque le milliardaire avait posté sur son compte Twitter une photo de lui devant… un bol de tacos accompagné d'un "I love Hispanics" ("J'aime les Hispaniques"). Des propos très loin du discours qu’il avait tenu en juin 2015 lors de l’annonce de sa candidature. "Quand le Mexique nous envoie des immigrants, ils n'envoient pas les meilleurs, disait-il alors. Ils apportent des problèmes. Ils apportent de la drogue. Ils apportent de la délinquance. Ce sont des violeurs. Et certains, j'imagine, sont de bonnes personnes". Rien de tout cela cependant au Mexique, ce mercredi : Trump et Pena Nieto sont même parvenus, selon leurs propres termes, à échanger de manière "constructive." 

 
Donald Trump, Docteur Jekyll et M. Hyde

Distancé dans les sondages par sa rivale démocrate Hillary Clinton, Donald Trump tenterait-il l’apaisement ? Se taillerait-il un habit de présidentiable ? Ne nous emballons pas. Quelques heures plus tard à peine, à Pheonix dans l’Arizona, état limitrophe du Mexique plutôt conservateur, le même a précisé sa pensée d’une manière bien plus claire et virulente que sous le soleil mexicain… Au sujet du mur tout d’abord, et de son financement : "Ils (les Mexicains) paieront, croyez-moi, même s’ils ne le savent pas encore", a-t-il promis devant une foule en liesse. Sur Twitter, le président mexicain affirme pourtant avoir prévenu Donald Trump, "dès le début" de leur rencontre, que le Mexique ne débourserait pas un peso dans la construction du mur.

Qu’importe. Pour Donald Trump, non seulement les Mexicains vont payer, mais les 11 millions d’entre eux entrés illégalement aux Etats-Unis seront tous expulsés s’il est élu. "Nous allons briser le cycle des amnisties et de l’immigration clandestine", a-t-il ainsi déclaré. Avant de poursuivre : "Notre message au monde sera : 'vous ne pourrez pas obtenir de statut légal ou devenir citoyen des Etats-Unis en entrant illégalement dans notre pays'." Y compris les clandestins sans casier judiciaire installés depuis des années dans la patrie de l’oncle Sam, ceux-là devront "retourner chez eux et faire une demande de ré-entrée." Pour les criminels, l’expulsion sera quant à elle immédiate.

Autant dire que les décrets de régularisation temporaire signés par le président Barack Obama seront aussitôt annulés, a enfin promis Donald Trump. De quoi réjouir Hillary Clinton, sur Twitter : "ll n’y a pas d’autre Donald Trump. Il n’a pas changé".

 

Source

Lire la suite...