Accueil / ASSURANCES : Haddad et les Kouninef accumulent 1500 milliards de dettes
Ali Haddad et les frères Kouninef accumulent près de 1.500 milliards de centimes de dinars de dettes auprès des assureurs algériens. Il s’agirait de frais non payés aux assureurs, causant ainsi des déficits énormes au sein de ces assurances. ...

ASSURANCES : Haddad et les Kouninef accumulent 1500 milliards de dettes

Ali Haddad et les frères Kouninef accumulent près de 1.500 milliards de centimes de dinars de dettes auprès des assureurs algériens. Il s’agirait de frais non payés aux assureurs, causant ainsi des déficits énormes au sein de ces assurances.

Depuis le début du mouvement de protestation populaire, les assurances ont du mal à trouver leurs comptes. Ils auraient, à ce propos, constaté que le marché des assurances automobiles reculerait de 15 % d’ici la fin de l’année. En effet, dans un entretien accordé au quotidien arabophone Echorouk, le PDG de « Alliance Assurance », Hassen Khelifati, a exprimé sa crainte quant à la diminution de ce marché. Selon lui, cela serait « causé par la faible production automobile durant 2019 ». Par ailleurs, une autre source travaillant au sein d’une société d’assurance, et désirant garder l’anonymat, a affirmé au quotidien arabophone, que « les groupes Haddad et Kouninef additionnent à eux seuls près de 1500 milliards de dettes auprès des assureurs. Des dettes qui devraient être payées aux assurances, mais aucun centime n’a encore été encaissé par les assureurs ». À cela s’ajoutent « des frais que doivent les manutentionnaires aux entreprises des deux hommes d’affaires actuellement en détention à la prison d’EL-Harrach ». Des manutentionnaires qui auraient été chargés de stocker la marchandise des sociétés appartenant aux deux hommes d’affaires, mais aussi du chargement et déchargement des véhicules, opérations de tri et de stockage des produits, de conditionnement et de faire l’inventaire physique régulièrement. D’après le site web officiel du Conseil national des assurances (CNA), l’assurance « Automobile » recueille 57,2 % de la production des assurances de dommages. Elles marquent, ainsi, une hausse de 3,8 %, tirée par les garanties obligatoires qui évoluent de 60,7 % par rapport à mars 2018, contrairement aux garanties facultatives, qui occupent une part de 70,6 % du portefeuille de la branche, fléchissant de 9,5 %.


  • À propos Ismain

    Laisser une réponse

    Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.