Accueil / Actualité / Hirak ou Révolution ?
Les marches entamées par les Algériens ont, dès le 22 février 2019 premier vendredi de marche, porté sur des revendications politiques. Il s’agissait pour le citoyen de recouvrer sa dignité bafouée par un clan et ses sbires qui ont pr...

Hirak ou Révolution ?

Les marches entamées par les Algériens ont, dès le 22 février 2019 premier vendredi de marche, porté sur des revendications politiques. Il s’agissait pour le citoyen de recouvrer sa dignité bafouée par un clan et ses sbires qui ont pratiqué le mépris et la Hogra comme principal mode de gestion des affaires du pays et ce à toutes les échelles de l’administration publique. La régression touchera alors tous les secteurs et engendrera son lot de calamités : l’absence de moralité dans la vie politique, la corruption à tous les niveaux, les passe-droits, l’accaparation des richesses du pays par une mafia politico-financière, l’impunité, la marginalisation des compétences, l’instauration de la médiocratie comme mode de gouvernance des institutions, la dégradation des secteurs de la Santé, de la Justice, de l’Education, des médias publics et privés, le retour de la pensée magique, l’instrumentalisation à outrance de la religion à des fins politiques, la restriction des libertés individuelles, le verrouillage du champ politique et médiatique, la propagation de la drogue dans tous les milieux, social et éducatif, l’amplification du phénomène de la harga, etc. Toutes les raisons de la colère étaient réunies et bien d’autres encore qui ont fini par pousser des millions d’Algériens à investir, comme un seul corps, les rues avec pour principale arme de guerre DES SLOGANS, des slogans-phares qui vont appeler au changement radical du système et porter haut et fort les revendications des citoyens algériens. Ces revendications vont constituer une sorte de plateforme populaire qui attend d’être prise en compte dans le cadre de l’élaboration d’une nouvelle constitution en phase avec un régime réellement démocratique et l’instauration d’un Etat de droit. Les jeunes, débordants de potentialités créatives, seront à l’avant-garde de ce qu’on aura peine à nommer tant les qualificatifs abondent et lui correspondent : hirak, révolution pacifique ou encore révolution du sourire.

  • À propos Ismain

    Laisser une réponse

    Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.