Accueil / Actualité / Et …le client était roi… !
Et le client était roi…, c’est au passé tout ça, il ne le serait plus hélas maintenant au présent, ni plus tard probablement,  peut –être jamais au futur, avec certaines règles et modalités commerciales rétrogrades imposées par c...

Et …le client était roi… !

Et le client était roi…, c’est au passé tout ça, il ne le serait plus hélas maintenant au présent, ni plus tard probablement,  peut –être jamais au futur, avec certaines règles et modalités commerciales rétrogrades imposées par certains spéculateurs, ayant pour but l’enrichissement malhonnête, facile et rapide, même au détriment de toutes les lois qui spécifient que le client soit toujours roi.
On dit toujours du client que sa satisfaction est obligatoire, dans quel que soit le commerce où il se présente pour se faire servir ou demander un service, une prestation…, là où le sourire doit être l’une des principales règles fondamentales de l’accueil en magasin…
Ça y’est, on en serait arrivé à une époque où ni la qualité de service, ni l’éducation pour autant ne semblent être les principaux soucis de quelques vendeurs ou quelques artisans et autres prestataires malhonnêtes qui ne se rendent pas compte que de tels manquements et négligences peuvent faire sur les consommateurs qui font confiance.... Ce qui peut s’expliquer, probablement au manque de professionnalisme très certain, manque de formation, ou peut être de mauvaise éducation …
Quant à la clientèle, elle ne se trouve pas uniquement au niveau des supermarchés, des magasins de détail, du marchand de l’informel, au restaurant…., elle se trouve partout, tantôt  sollicitant les services du commercial, …,  tantôt ceux du médecin, du plombier, du  peintre, du plâtrier, du taxieur, du mécanicien…. En d’autre terme, le citoyen ‘’catégorie clientèle’’ se trouve toujours lié qu’il le veuille ou non à tous ces prestataires commerciaux et autres, vu qu’il doit manger, et également aux autres artisans toutes catégories confondues, vu qu’il doit entretenir ses biens immobiliers, se déplacer, se faire soigner …
Il ne se passe pas un jour, malheureusement, où on apprend que tant de commerces ont été fermés pour des infractions, tels que non respect des normes d’hygiène, absence de l’affichage des prix, mauvaises qualités de produits alimentaires…. Il y a aussi d’autres manquements plus dangereux et graves qui risquent d’affecter la santé du consommateur, telle que la commercialisation de viandes qui seraient  avariées……  Et pourtant, avec toutes ces contraintes énumérées, on dit du client qu’il est roi, ce serait archi-faux.
Il le serait peut-être, si toutes les activités à caractère commerciales sont soumises à des règles pratiques et morales et exercées de façon honorable et éthique.

 

  • À propos B. Adda

    Et le client était roi…, c’est au passé tout ça, il ne le serait plus hélas maintenant au présent, ni plus tard probablement,  peut –être jamais au futur, avec certaines règles et modalités commerciales rétrogrades imposées par c...

    Et …le client était roi… !

    Et le client était roi…, c’est au passé tout ça, il ne le serait plus hélas maintenant au présent, ni plus tard probablement,  peut –être jamais au futur, avec certaines règles et modalités commerciales rétrogrades imposées par certains spéculateurs, ayant pour but l’enrichissement malhonnête, facile et rapide, même au détriment de toutes les lois qui spécifient que le client soit toujours roi.
    On dit toujours du client que sa satisfaction est obligatoire, dans quel que soit le commerce où il se présente pour se faire servir ou demander un service, une prestation…, là où le sourire doit être l’une des principales règles fondamentales de l’accueil en magasin…
    Ça y’est, on en serait arrivé à une époque où ni la qualité de service, ni l’éducation pour autant ne semblent être les principaux soucis de quelques vendeurs ou quelques artisans et autres prestataires malhonnêtes qui ne se rendent pas compte que de tels manquements et négligences peuvent faire sur les consommateurs qui font confiance.... Ce qui peut s’expliquer, probablement au manque de professionnalisme très certain, manque de formation, ou peut être de mauvaise éducation …
    Quant à la clientèle, elle ne se trouve pas uniquement au niveau des supermarchés, des magasins de détail, du marchand de l’informel, au restaurant…., elle se trouve partout, tantôt  sollicitant les services du commercial, …,  tantôt ceux du médecin, du plombier, du  peintre, du plâtrier, du taxieur, du mécanicien…. En d’autre terme, le citoyen ‘’catégorie clientèle’’ se trouve toujours lié qu’il le veuille ou non à tous ces prestataires commerciaux et autres, vu qu’il doit manger, et également aux autres artisans toutes catégories confondues, vu qu’il doit entretenir ses biens immobiliers, se déplacer, se faire soigner …
    Il ne se passe pas un jour, malheureusement, où on apprend que tant de commerces ont été fermés pour des infractions, tels que non respect des normes d’hygiène, absence de l’affichage des prix, mauvaises qualités de produits alimentaires…. Il y a aussi d’autres manquements plus dangereux et graves qui risquent d’affecter la santé du consommateur, telle que la commercialisation de viandes qui seraient  avariées……  Et pourtant, avec toutes ces contraintes énumérées, on dit du client qu’il est roi, ce serait archi-faux.
    Il le serait peut-être, si toutes les activités à caractère commerciales sont soumises à des règles pratiques et morales et exercées de façon honorable et éthique.

     

  • À propos B. Adda

    Et le client était roi…, c’est au passé tout ça, il ne le serait plus hélas maintenant au présent, ni plus tard probablement,  peut –être jamais au futur, avec certaines règles et modalités commerciales rétrogrades imposées par c...

    Et …le client était roi… !

    Et le client était roi…, c’est au passé tout ça, il ne le serait plus hélas maintenant au présent, ni plus tard probablement,  peut –être jamais au futur, avec certaines règles et modalités commerciales rétrogrades imposées par certains spéculateurs, ayant pour but l’enrichissement malhonnête, facile et rapide, même au détriment de toutes les lois qui spécifient que le client soit toujours roi.
    On dit toujours du client que sa satisfaction est obligatoire, dans quel que soit le commerce où il se présente pour se faire servir ou demander un service, une prestation…, là où le sourire doit être l’une des principales règles fondamentales de l’accueil en magasin…
    Ça y’est, on en serait arrivé à une époque où ni la qualité de service, ni l’éducation pour autant ne semblent être les principaux soucis de quelques vendeurs ou quelques artisans et autres prestataires malhonnêtes qui ne se rendent pas compte que de tels manquements et négligences peuvent faire sur les consommateurs qui font confiance.... Ce qui peut s’expliquer, probablement au manque de professionnalisme très certain, manque de formation, ou peut être de mauvaise éducation …
    Quant à la clientèle, elle ne se trouve pas uniquement au niveau des supermarchés, des magasins de détail, du marchand de l’informel, au restaurant…., elle se trouve partout, tantôt  sollicitant les services du commercial, …,  tantôt ceux du médecin, du plombier, du  peintre, du plâtrier, du taxieur, du mécanicien…. En d’autre terme, le citoyen ‘’catégorie clientèle’’ se trouve toujours lié qu’il le veuille ou non à tous ces prestataires commerciaux et autres, vu qu’il doit manger, et également aux autres artisans toutes catégories confondues, vu qu’il doit entretenir ses biens immobiliers, se déplacer, se faire soigner …
    Il ne se passe pas un jour, malheureusement, où on apprend que tant de commerces ont été fermés pour des infractions, tels que non respect des normes d’hygiène, absence de l’affichage des prix, mauvaises qualités de produits alimentaires…. Il y a aussi d’autres manquements plus dangereux et graves qui risquent d’affecter la santé du consommateur, telle que la commercialisation de viandes qui seraient  avariées……  Et pourtant, avec toutes ces contraintes énumérées, on dit du client qu’il est roi, ce serait archi-faux.
    Il le serait peut-être, si toutes les activités à caractère commerciales sont soumises à des règles pratiques et morales et exercées de façon honorable et éthique.

     

  • À propos B. Adda

    Laisser une réponse

    Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.