Accueil / Algerie / Marche des enseignants contractuels/ Le pouvoir recourt à la répression

Marche des enseignants contractuels/ Le pouvoir recourt à la répression

Marche des enseignants contractuels/ Le pouvoir recourt à la répression

La marche des enseignants contractuels et vacataires, entamée le 27 mars dernier, s’est heurtée, ce lundi matin, à la répression aux portes d’Alger. Les protestataires ont été, en effet, bloqués par la police à la sortie de la ville de Boudouaou. 

Selon des sources concordantes, la marche des enseignants  contractuels et vacataires a été stoppée nette, aujourd’hui lundi, par la police à la sortie de la ville de Boudouaou. Les contestataires qui ont parcouru plus de 230 kilomètres ont décidé d’entamer une grève de la faim jusqu’à la satisfaction de leur revendication.

Le pire est à craindre. Épuisés et amoindris par la longue marche, ces derniers risquent de mettre en péril leur vie, si cette grève de la faim vient à perdurer

Par ailleurs, la ministre de l’Éducation, Noria Benghabrit, est intervenue, ce matin, sur les ondes de la Radio nationale pour réitérer son refus de voir les revendications des enseignants satisfaites, car, selon elle, «une intégration systématique de tous les enseignants contractuels et vacataires est contraire aux lois en vigueur actuellement». La ministre a, dans une tentative de discréditer le combat des enseignants contractuels et vacataires, évoqué une récupération du mouvement par les politiques et des syndicats autonomes.

Cette polaristaion semble prendre une nouvelle tournure. Les positions des deux parties laissent à entrevoir un dénouement douloureux.

Massi M.

Cet article Marche des enseignants contractuels/ Le pouvoir recourt à la répression est apparu en premier sur Algérie Focus.

  • À propos Abdou Semmar

    Laisser un commentaire

    Shares
    %d blogueurs aiment cette page :