Accueil / Energie / Bouterfa dément Hillary Clinton

Bouterfa dément Hillary Clinton

Le Président directeur général de Sonelgaz a animé aujourd’hui une conférence de presse dans laquelle il a abordé le bilan annuel de l’entreprise qu’il dirige.
 

Noureddine Bouterfa s’attendait certainement à être interpellé sur les propos de l’ex-secrétaire d’Etat américaine aux affaires extérieures, publiées le 11 juin dernier dans son livre mémoire « Hard choices » (Les durs choix). Hillary Clinton y affirme qu’elle avait fait du lobbying auprès d’Abdelaziz Bouteflika à l’occasion de la visite qu’elle avait effectuée dans notre pays en octobre 2012, pour que General Electric obtienne le contrat de réalisations des 6 centrales électriques pour un montant de 2,2 milliards de dollars. Une entrevue d’où elle était sortie optimiste, selon elle.

Catégorique, le PDG de Sonelgaz a démenti les allégations en précisant que General Electric (GE) a « remporté en 2013 le contrat de réalisation de six mégas centrales électriques en toute transparence », réfutant ainsi qu’il y ait eu le moindre lobbying au profit du groupe américain.

« A mon niveau, je n’ai reçu aucune orientation ni aucun avis de quelque nature que ce soit pour l’octroi à GE du contrat de réalisation en EPC de six centrales », a précisé M. Bouterfa. Il a indiqué qu’au départ, quatre entreprises étrangères avaient manifesté leur intérêt pour le projet. Mais au final deux d’entre elles se sont retirées à l’image du groupe Alstom (en difficulté – ndlr) qui avait abandonné en s’abstenant de présenter une offre commerciale. « L’ouverture des plis s’est déroulée en séance publique et en présence de la presse nationale. » Même les offres financières ont été affichées publiquement, a soutenu le premier responsable du groupe Sonelgaz. Lequel a estimé que l’offre de GE a « été la meilleure sur les plans technique, financier et économique.»

M. Bouterfa n’a pas manqué, au cours de la même conférence de presse d’exprimer ses doutes sur la fidélité de la traduction en français du livre d’Hillary Clinton. « Des politiques à l’international et à l’intérieur du pays veulent se donner des galons supplémentaires», a-t-il encore affirmé.

Mais quand bien même Hillary Clinton s’est dite optimiste, il est clair qu’entre l’optimisme qu’elle aurait affiché et l’aboutissement de ses désirs, il y a loin de la coupe aux lèvres.

  • À propos L'Eco News - IDE

    Laisser une réponse

    Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

    *